Le 6ème Canton : un témoignage antique à ciel ouvert

Cimiez :

Cimiez n’est pas un quartier comme les autres. Cemenelum trouve ses origines à l’époque Romaine dont il arbore encore des vestiges prestigieux comme les Arènes ou les Thermes. Mais c’est au début du siècle dernier que nait le Cimiez contemporain avec la construction de nombreux hôtels (Régina ou Winter Palace par exemple) qui accueillaient des personnalités venues de toute l’Europe pour passer l’hiver à Nice. Nombre de souverains, dont la Reine Victoria, venaient goûter à la douceur de la vie de Cimiez. Elles en assurèrent la réputation, celle d’un quartier magnifique, surplombant légèrement la ville, offrant des points de vue exceptionnels avec toits de tuiles rouges sur fond d’azur.

Aujourd’hui Cimiez est l’un des quartiers les plus prestigieux de notre ville. Il est un exemple d’équilibre entre les fières façades des anciens grands palaces vendus par appartements, les villas et hôtels particuliers, mais aussi les constructions récentes, de fort belle allure, et qui ont su s’intégrer dans cet ensemble. Le développement urbanistique harmonieux de Cimiez devrait servir d’exemple à d’autres secteurs de la ville.

Cimiez est aussi un quartier-jardin. En effet, outre le parc des Arènes complanté d’oliviers multi centenaires et la roseraie du Monastère, les jardins privés viennent ajouter à cet aspect de quartier vert. Tout ceci doit être protégé. J’y serai très attentif.

Cimiez est un quartier de culture. Le musée Matisse, le Musée Chagall, le Musée d’Archéologie comptent parmi les plus visités de la ville. Christian Estrosi s’y était engagé pendant notre campagne municipale, les musées municipaux sont désormais libres d’accès, permettant à chacun de s’y rendre sans avoir à s’acquitter d’un droit d’entrée. Par ailleurs, dans le cadre des 150 projets pour le 150ème anniversaire du rattachement de Nice à la France, des travaux de réhabilitation des Arènes Romaines ont été entrepris. Enfin, la présence du Conservatoire avec son auditorium de 750 places tout comme les concerts de l’Académie d’été au Monastère renforcent encore la vocation musicale et artistique de Cimiez.

Le Parc des Arènes de Cimiez est un lieu qui connait de nombreuses animations chaque année. Au-delà des animations traditionnelles qui s’y déroulent, on était en droit de s’interroger sur le maintien, dans ce cadre, de manifestations de masse. En effet, l’absence de parkings rend toujours ces manifestations difficiles et même gênantes pour les riverains. C’est pourquoi nous avons pris la décision de déplacer le Festival du jazz à la place Masséna, mieux adaptée pour l’organiser. En revanche, je pense que l’on peut réfléchir à l’organisation, dans les Arènes, de concerts classiques, de spectacles de ballets voire d’Opéras comme cela se faisait autrefois sans que ça ne pose de problème pour le voisinage.

Cimiez étant un quartier résidentiel, sa sécurité doit être renforcée. La municipalité y veille puisque plus de 300 caméras supplémentaires vont être installées dans la ville. Je serai attentif, avec les Comités de Quartiers, à ce que Cimiez soit bien doté dans le développement de ce programme.

Jeanne d’Arc :

Jeanne d’Arc c’est d’abord une église qui s’impose dans son quartier, forte d’une architecture originale. L’Eglise « Sainte Jeanne d’Arc », construite au début des années trente, mérite une mention spéciale car elle représente l’un des chefs d’œuvre de l’art religieux moderne construite en style néo-byzantin. Pour la première fois le béton brut constitue un ornement propre. Elle se caractérise de trois coupoles, d’un clocheton mais surtout d’un clocher de 60 mètres s’élançant dans le ciel de Nice tel une flèche. Celle-ci fait d’ailleurs partie du paysage Niçois et constitue un signal architectural annonçant non seulement l’église mais le quartier qui l’entoure. C’est là un véritable phare architectural de l’architecture contemporaine.

Devant l’église s’étale désormais un vaste terrain transformé en parking venu remplacer un ensemble d’anciennes petites maisons insalubres démolies il y a une vingtaine d’années. Depuis lors ce terrain est l’objet de nombreuses convoitises, chacun y allant de son projet sans qu’aucun ne se réalise.

Je souhaite, pour ma part, que cette grande esplanade soit enfin aménagée. Deux attentes sont largement exprimées dans le quartier : la création d’un parking et l’aménagement d’un espace vert.

Un parking est une nécessité. En effet, la plupart des immeubles du quartier ne disposent pas de garages. De ce fait le besoin de stationnement est très important. Par ailleurs, la suppression de la circulation et du stationnement sur l’avenue Borriglione ont rendu les besoins en stationnement encore plus importants dans le quartier. C’est pourquoi je propose le maintien d’un parking.

D’autre part, un beau jardin d’agrément pourrait être réalisé. Ce jardin mettrait en valeur les immeubles environnants ainsi que l’église pour laquelle un éclairage décoratif viendrait souligner son architecture originale et faire de ce lieu l’un des plus beaux de la ville.

Je propose de mettre en œuvre ces projets en concertation avec les Comités de Quartiers, qui constitueront une valorisation incontestable du secteur Jeanne d’Arc.

Maulausséna, Marceau, Diderot : à la reconquête du centre ville

Ces quartiers sont agréables et présentent de nombreux avantages car ils sont situés en centre-ville. Malheureusement, depuis quelques années, ils ont été laissés à l’abandon comme beaucoup d’autres quartiers. La volonté de Christian Estrosi et de notre municipalité est de reconquérir le centre pour lui redonner une qualité de vie et un environnement agréable.

Nos premiers efforts ont porté sur la propreté. Les services ont reçu des moyens nouveaux. Les premiers résultats commencent à se voir. D’autre part, les longs travaux du tramway qui avaient fortement nui aux riverains sont maintenant terminés. Ceci a permis le retour du Marché de la Libération tant apprécié des Niçois mais aussi des habitants de ce quartier.

Néanmoins ce qui va profondément changer la physionomie de ce secteur c’est l’opération « Gare du Sud » que le Maire a souhaité rendre prioritaire. Avec la création d’un vaste parc automobile, il sera enfin possible de stationner dans ces quartiers. D’autre part, l’installation d’un multiplexe cinéma sur ce site va apporter une animation de qualité pour tout le centre ville et pour Malausséna et la Libération en particulier. Ajoutez à cela la création d’un marché couvert sous la halle de la « Gare du Sud », un espace sportif, la façade entièrement rénovée et mise en valeur par un éclairage décoratif adapté, un parvis réaménagé et vous pouvez vous mettre à rêver. Pourtant cela sera bientôt une réalité. Sans oublier la transformation de la ligne des Chemins de Fer de Provence en tramway permettant de rejoindre les quartiers ouest de la ville, la future « Eco Vallée », Lingostière, Carros qui viendra se connecter avec la ligne 1 du tramway faisant de ce secteur de la ville l’un des mieux desservis de la ville par les transports en commun. Je souhaite également que l’on puisse renforcer l’éclairage public sur la place de la Libération ainsi que sur Malausséna qui ne sont que faiblement éclairés depuis les travaux du tramway. Enfin le Jardin de la Villa Thiole avait été menacé de disparition sous l’ancienne municipalité. Non seulement nous souhaitons le conserver mais encore il devra être agrémenté pour en faire un endroit de repos et de promenade apprécié.

Ceci amènera une plus value pour tout ce secteur. Enfin la sécurité sera renforcée par l’installation du centre de commandement de la police municipale sur la place Général de Gaulle.

Je souhaite pouvoir profiter de ces projets pour réhabiliter l’ensemble des rues situées autour de ces équipements qui vont rendre à ces quartiers situés entre Cimiez et Malausséna leurs lettres de noblesse et leur qualité de vie. Ainsi « vivre en ville » redeviendra une valeur ajoutée incontestable.

Pasteur : un quartier en pleine mutation

Ce quartier qui s’étend entre l’Hôpital au nord et la rue de la Gendarmerie au sud, qui s’étire le long du boulevard qui donne son nom au quartier entre les contreforts de Cimiez et le Paillon est à la recherche d’une nouvelle identité. Autrefois ce quartier comprenait des entreprises, artisans et commerçants qui animaient ce quartier. Beaucoup de ces activités ont disparu préférant s’installer hors de la ville pour pouvoir disposer de plus d’espace pour se développer. D’autres ont cessé d’exister. Dès lors la vocation du quartier a eu tendance à s’orienter vers une vocation résidentielle. De nombreux immeubles se sont érigés rassemblant une population variée qui, somme toute, se sent bien dans ce quartier, légèrement excentré et pourtant encore très proche du centre de la ville.

Le grand établissement de ce quartier, celui qui est connu de tous les Niçois, c’est évidemment l’Hôpital Pasteur. Le vieil établissement « pavillonnaire » est en train de laisser la place à un Hôpital moderne et fonctionnel. Le chantier qui a connu quelques difficultés au démarrage a été pris en main par Christian Estrosi qui a obtenu de l’Etat toutes les garanties pour que celui-ci soit mené à bien. Pasteur, image d’un Hôpital parfois désuet va devenir l’un des hôpitaux les plus modernes et performants de France. C’est déjà aujourd’hui l’un des plus gros chantiers hospitaliers de notre pays. Grâce à ce projet, non seulement la santé des Niçois s’en trouvera assurée, non seulement les excellents Professeurs et Médecins Niçois trouveront là l’outil qui leur manquait mais en outre le quartier verra son image modernisée, renforcée, dynamisée. J’attends avec impatience, comme vous, la fin de ces travaux. La Municipalité à laquelle j’appartiens s’active pour que ce projet devienne très rapidement réalité.

Qui dit grand hôpital, dit bonne desserte par les transports en commun. C’est pourquoi, dès notre arrivée à la Mairie, notre équipe a décidé que la ligne 1 du tramway qui a son terminus de l’autre côté du Paillon, à la station « Pont Michel », serait prolongée jusqu’à l’Hôpital Pasteur. Ainsi non seulement le centre hospitalier universitaire sera desservi par le tram mais encore l’ensemble des habitants du quartier pourront disposer de ce moyen de transport moderne et rapide. Ainsi le centre de Nice sera-t-il facilement accessible depuis le quartier de Pasteur.

Toujours en matière de transports en commun, je souhaite que le sud du quartier, vers la rue de la Gendarmerie, puisse bénéficier de l’aménagement d’une station sur la ligne SNCF Nice –La Trinité. Grâce à un tel équipement, le sud de Pasteur se trouverait à 4 minutes de la Gare Centrale Thiers et à quelques minutes à peine de La Trinité. Une halte intermédiaire pourrait être créée pour desservir également le Lycée Guillaume Apollinaire. Pasteur à moins de 5 minutes du centre-ville ? C’est possible et même facilement réalisable. Nous réfléchissons déjà à un tel projet.

L’un des grands dossiers sensibles du quartier est bien entendu celui de la Maison d’Arrêt. Plus que centenaire, cet établissement fut créé à une époque où ce secteur n’était pas urbanisé. Aujourd’hui nous sommes en pleine ville et la Maison d’Arrêt n’est plus à sa place. En outre c’est une prison devenue vétuste où les détenus mais aussi les personnels évoluent dans des conditions difficiles. C’est pourquoi je souhaite le déménagement de la Maison d’Arrêt et l’utilisation future du terrain ainsi libéré pour doter le quartier des équipements publics dont il a besoin comme espaces verts ou terrains de sports par exemple.

Les quais du Paillon sont aujourd’hui dans un état d’abandon indigne de l’une des entrées de Nice. Ceux-ci devront être réhabilités à l’instar de ce qui a été fait par le Conseil Général sur la rive gauche à l’occasion de la prolongation de la pénétrante du Paillon. Les quais ont été transformés en « promenade » fort appréciée des Niçois et des gens du quartier. D’ailleurs nous devrons prévoir la réalisation d’une passerelle pour piétons pour relier les deux rives du Paillon.

Enfin, concernant le logement social, une grande opération de réhabilitation a été engagée avec la démolition de certaines barres et la construction d’immeubles à taille plus humaine. Ces efforts devront se poursuivre pour offrir aux habitants de ce quartier un habitat de qualité.

On le voit, Pasteur est un quartier en pleine mutation qui évolue vers un avenir meilleur. Je veillerai à ce que les projets s’accélèrent, dans tous les domaines, afin que chacun puisse se rendre compte de cette évolution positive et du renouveau de Pasteur.