CQUÉ – Attentat à Nice du 14 juillet

je suis Nice

ATTENTAT À NICE

Vendredi 15 juillet 2016

Rudy SALLES :”François Hollande avait à choisir entre la guerre et l’inaction ; il a choisi l’inaction et nous avons la guerre.

Sa réaction : “hier soir, une barbarie aveugle et sans nom a frappé Nice, ma ville. Après avoir assisté aux feux d’artifices, j’ai connu une scène de panique, de guerre et de chaos. J’ai été véritablement choqué. Choqué par une volonté inhumaine de tuer un maximum de personnes, choqué par la terreur qui a envahi une foule immense et innocente, choqué par les parents, les frères, les sœurs ou les amis qui recherchaient leurs proches disparus. Durant la nuit, je suis revenu avec Bernard CAZENEUVE et Christian ESTROSI sur les lieux de ce massacre. J’ai eu l’impression de découvrir un véritable champ de bataille, entre les morts, les blessés et les gens traumatisés. Seules les poussettes, les vélos d’enfants nous rappelaient tragiquement que ce périmètre n’était pas fréquenté par des soldats mais par des familles entières.

Comment ne pas imaginer être à la place de ces gens, de ces victimes, de ces familles ? Je leur adresse avec beaucoup d’émotions mes pensées les plus fortes et les plus réconfortantes.

Hier soir, Nice a saigné, Aujourd’hui Nice est triste et en colère. Une colère à vif et sourde liée à une incompréhension collective : combien faudra-t-il de morts pour que notre Gouvernement agisse !
Face à cet énième massacre organisé, ce Gouvernement aux « réactions éphémères » apparaît comme un bateau ivre dont le capitaine a quitté depuis très longtemps la barre. Nous sommes en situation de guerre contre un terrorisme qui n’a aucune limite, qui tue, qui écrase des enfants et des femmes enceintes à la volée.

Dans un contexte d’État d’urgence, les « actions » du Gouvernement ne sont toujours pas à la hauteur. Les revirements sur la déchéance de nationalité, les choix sécuritaires non assumés, inadaptés ou voire inexistants et enfin, les rivalités médiatisés aux teintes présidentielles ne font et ne feront pas de cet exécutif, un gouvernement de guerre.

François Hollande avait à choisir entre la guerre et l’inaction ; il a choisi l’inaction et nous avons la guerre.

Aujourd’hui, nos forces de l’ordre fatiguées et incomprises sont à bout. Elles sont admirables. Nous devons les soutenir, et répondre à leurs attentes. L’État d’urgence permet de mettre en place des décisions rapides, efficaces et attendues par tous. Nous avons été attaqués hier, 14 juillet 2016, jour de fête nationale, le symbole de la révolution française, qu’attend le Gouvernement pour incarner cet héritage républicain ?

Insécurité dans les aéroports pendant les grèves : j’interpelle le gouvernement !

Rudy SALLES et Alain VIDALIESRetrouvez ci-dessous mon intervention lors de la traditionnelle séance des Questions au Gouvernement (QAG). J’ai voulu interpeler le 1er Ministre sur l’insécurité dans nos aéroports en temps de grève. J’ai pu le constater personnellement à Orly, dimanche dernier. Plus de 500 personnes étaient entassées dans le hall de départ à la limite du sas de la zone de contrôle de sécurité : un véritable chaos !

Malheureusement, ni le Premier Ministre, ni le Ministre de l’Intérieur, n’ont pu me répondre sur ce sujet particulièrement grave et inquiétant dans le contexte des attentats à Bruxelles ayant été réalisés dans des lieux dédiés au transport en commun.

Pour moi, nous pourrions améliorer la sécurité de ces lieux en période de grève en obligeant les organisateurs des mouvements à signaler en amont les avions ou les trains annulés. Cette approche est simple et éviterait à de nombreux usagers de se déplacer pour rien et surtout à ne pas s’exposer inutilement à toute attaque terroriste. La situation est grave. Nous sommes en guerre.

A la lumière de la réponse schizophrénique, partisane et scandaleuse du Ministre des Transports, sans doute soucieux de ne pas froisser “ses syndicats”, je m’inquiète de cette posture idéologique, politicienne et au final, stérile.

Qu’aurais pu répondre le Ministre des Transports, Alain VIDALIES, si les aéroports français auraient été attaqués en temps de grève, le week-end dernier ?

Malgré cette pirouette politicienne, je vais prendre attache auprès du Ministre de l’Intérieur pour étudier sérieusement les hypothèses de solution sur cette affaire.

La vidéo de mon intervention suivie de la “réponse” scandaleuse du Ministre :

 

Cqué – le chaos dans les aéroports en grève devient une opportunité pour tout terroriste !

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Mercredi 23 mars 2016

Question au Gouvernement – QAG

Sécurité dans les aéroports lors des grèves

Orly Ouest dimanche dernier pendant la grève

Orly Ouest, dimanche dernier pendant la grève

Rudy SALLES « le chaos dans les aéroports en grève devient une opportunité pour tout terroriste ! »

Faisant suite aux attentats à Bruxelles, Rudy SALLES, Député des Alpes-Maritimes, a mis en garde le Gouvernement sur le risque encouru par les usagers des transports en commun, notamment aériens.

Voici l’intégralité de sa question : « Au nom du groupe UDI, je veux faire part de notre effroi face aux attentats terroristes de Bruxelles et adresser aux victimes nos sentiments de compassion et de solidarité. Plus que jamais le renforcement de la coopération Européenne s’impose pour faire face à ces lâches attaques qui veulent anéantir nos sociétés et leurs valeurs de liberté et d’humanisme.
Avant même les évènements de Bruxelles j’avais l’intention de vous interroger sur la sécurité dans nos aéroports notamment les jours de grève. En effet, je me suis trouvé, comme beaucoup de passagers, bloqué à l’aéroport d’Orly dimanche après-midi. Du fait de la grève des contrôleurs aériens, les passagers ne pouvaient pas entrer en salle d’embarquement et devaient attendre dans le hall jusqu’à ce que le départ de leur vol soit confirmé ou annulé. C’est ainsi qu’environ 500 personnes se trouvaient immobilisées les unes contre les autres pendant de longues heures. Cet état de fait m’a alors interrogé sur les risques d’attentats en pareille situation. C’est pourquoi, à État d’urgence exceptionnel, mesures d’urgences exceptionnelles, je crois que de tels rassemblements, dans les aéroports, les gares ferroviaires ou routières, sans contrôle, les jours de grèves devraient être mieux réglementés voire interdits à moins que le droit de grève lui-même ne doive être réexaminé quand la sécurité des personnes est en jeu. J’aimerais connaître votre position sur ce sujet. Je vous remercie. »
Pour Rudy Salles, la réponse faite par le Ministre des Transports, Alain VIDALIES est juste scandaleuse et dangereuse. Le Député niçois aurait préféré entendre le Ministre de l’intérieur, Bernard CAZENEUVE dont les responsabilités et les actions sont totalement indépendantes de l’influence des syndicats des transports… directement concernés par ce sujet.
Mal à l’aise, en balbutiant, Alain VIDALIES divise idéologiquement la portée de sa réponse en deux aspects : le Droit à la Sécurité et le Droit de grève. Il considère les deux sujets d’une façon indépendante. Or, nous vivons une guerre contre le terrorisme qui ne fait aucun distinguo entre ces deux aspects.
Rudy Salles : « La sémantique et l’idéologie développées par le Ministre le préservent d’un retour de bâton syndicaliste, mais ne nous protègeront jamais des bombes. Si ces actes odieux et barbares s’étaient déroulés à Orly, Roissy, Nice ou Marseille ce week-end en pleine grève, quelle aurait été alors la réponse du Ministre VIDALIES ?

Ma proposition était simple et responsable. Il ne s’agissait pas de faire disparaître le Droit de grève mais de le rendre plus transparent face à la menace de ces actes barbares. Obliger les grévistes a annoncé les numéros de vol ou de trains annulés en amont permettrait de limiter les déplacements et le phénomène dangereux de regroupement propice à tout acte terroriste. Dès lors, je ne compte pas limiter mon intervention à la réponse du Ministre des Transports. Je vais écrire très rapidement au Ministre de l’Intérieur, pour aborder avec lui ce problème et les solutions à y apporter dans les plus brefs délais. »

Bernard Cazeneuve soutient la proposition de Rudy SALLES !

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

QUESTIONS AU GOUVERNEMENT

Mercredi 21 janvier 2015

Pour le retour des contrôles d’identité durant l’embarquement des passagers
dans les aéroports :
Bernard Cazeneuve soutient la proposition de Rudy SALLES !

QAG contrôles identité embarquementRudy SALLES s’est adressé au Ministre de l’Intérieur, Bernard CAZENEUVE sur l’épineux problème de l’absence des contrôles d’identité lors de l’embarquement des passagers dans les aéroports.

Le Député niçois précise : « le « Code Frontières Schengen » a entrainé la suppression du contrôle systématique des personnes aux frontières notamment aéroportuaires entre les 26 États membres Schengen. De surcroît, les compagnies aériennes n’appliquent plus le contrôle des identités à l’embarquement des avions sur les vols intérieurs. Ainsi, il est possible d’acheter un billet en ligne et de voyager sous un autre nom ! Cela pourrait faciliter la tâche de personnes malintentionnées…ou d’éventuels terroristes.

Alors ma question est une proposition, Monsieur le Ministre, rétablissez sans tarder, la présentation d’une pièce d’identité lors des embarquements des passagers dans les avions. »

Dans sa réponse, Bernard Cazeneuve est allé immédiatement dans le sens des arguments du Député niçois. Il a précisé qu’un Décret était en cours de préparation avec le Ministère des transports, pour renforcer le contrôle des bagages et des personnes durant la procédure d’embarquement.

Voici la vidéo de l’intervention :

 

les radeaux de Lampedusa, une honte pour l’Europe !

 

2014.06.10 QAG immigration CazeneuveCOMMUNIQUÉ DE PRESSE

ASSEMBLÉE NATIONALE

Mardi 10 juin 2014

Questions d’actualités
(Questions au Gouvernement)

Rudy Salles : “les radeaux de Lampedusa, une honte pour l’Europe !

Rudy Salles est intervenu à l’Assemblée nationale dans le cadre de la traditionnelle séance des Questions d’actualité. Il s’est adressé au Premier Ministre pour l’interroger au sujet de la situation de l’immigration en Europe, phénomène préoccupant, et cause de véritables drames humains et sociaux.

Rudy SALLES s’est adressé au Premier Ministre en lui rappelant l’urgence de la situation : « Sous la précédente législature, je me suis rendu à Lampedusa avec une délégation parlementaire. J’ai pu mesurer l’ampleur de la situation, dans une île peuplée de 6000 habitants mais qui reçoit près de 2000 immigrants par jour.
 
Le centre de rétention pouvait accueillir, soigner et identifier les immigrants mais au bout de deux jours, les autorités italiennes n’avaient d’autre choix que de les transférer sur la péninsule avant de leur rendre leur liberté.
 
Aujourd’hui, la situation s’est empirée : depuis le début de l’année 2014, 50 000 migrants auraient rejoint les côtes italiennes.
 
Comment s’étonner, dans ces conditions, que l’Italie qui gère du mieux qu’elle le peut une situation intenable, s’insurge contre une Europe qui reste sourde à ses appels ?
 
Aujourd’hui, l’action de l’Europe se résume à une aide matérielle, à l’approvisionnement de bateaux. Cette aide est nécessaire et peut sauver les vies de femmes, d’hommes et d’enfants. Mais elle ne suffit pas à améliorer durablement une situation qui s’aggrave de jour en jour.
 
Il est grand temps pour les pays européens d’agir avec cohésion, courage et solidarité pour mettre en œuvre une politique d’immigration globale, en créant notamment un corps de garde côtes européens.
 
N’accusons pas l’Europe de tous les maux : si ce problème prospère aujourd’hui, ce n’est pas parce qu’il y a trop d’Europe mais parce qu’il n’y en a pas assez. C’est à l’échelon européen que nous devons agir ! »

Face à ce constat implacable et responsabilisant, le Ministre de l’Intérieur, Bernard CAZENEUVE, s’est juste contenté de rappeler sa volonté d’améliorer la lutte contre le système des « passeurs clandestins », et la nécessaire remise en question de la mission « Frontex ».
Pour le Député niçois, la réponse du Gouvernement socialiste est « décalée et ne correspond pas à un début de solution crédible à ce nœud gordien européen. »