Audition de Najat VALLAUD BELKACEM sur l’enseignement professionnel

CionACE Najat Vallaud Belkacem

Lors de l’audition de Mme la Ministre de l’Éducation nationale, Najat VALLAUD-BELKACEM, je suis intervenu sur le dossier de l’enseignement professionnel.

Ignoré, méprisé et trop réglementé en France, l’apprentissage est pourtant un outil anti-chômage très efficace chez nos voisins européens. Depuis 2012, il a subi l’accumulation des décisions dramatiques portées par ce Gouvernement alors qu’il s’agit d’un secteur très sensible aux mesures législatives et réglementaires. Les faits parlent d’eux-mêmes, qu’il s’agisse du financement, de la gouvernance, les décisions néfastes se sont accumulées.

Les chiffres en témoignent : 70 % des apprentis trouvent un emploi durable à la fin de leur formation. Malheureusement, alors qu’il est un véritable tremplin vers l’emploi et un formidable outil d’insertion professionnelle, l’apprentissage tourne au ralenti dans notre pays. Les entrées en apprentissage ont reculé -8% en 2013 et -2,9% en 2014 et la récente embellie en 2015 ne compensera pas les baisses successives…

En dehors de l’adaptation de la réglementation, l’un des axes majeurs de réforme qui mériterait encore largement d’être exploré serait de mettre fin à la trop forte étanchéité qui continue d’exister aujourd’hui en France entre le monde de l’éducation et le monde de l’entreprise. Les besoins des entreprises évoluent très rapidement et l’éducation nationale n’est pas assez réactive. L’adéquation entre la formation et l’emploi nécessite un soutien plus actif à cette filière.

Au-delà des interrogations traditionnelles et légitimes sur les mesures envisagées par le Gouvernement pour revaloriser cette filière et rapprocher l’école du monde du travail, le Président de la République annonce régulièrement qu’il souhaite favoriser les filières professionnelles et l’apprentissage alors pourquoi ne pas individualiser davantage les parcours et encourager les élèves à développer leurs compétences professionnelles ?

Mon intervention en vidéo :

 

Mariage ou Mirage pour tous ?

 

mariage tous

Dessin de Plantu

La présentation du projet de loi sur le “Mariage pour Tous” par le Gouvernement est partie d’une motivation idéologique (cette proposition figurait depuis longtemps dans le programme socialiste) et politicienne (le Gouvernement pensait que la discussion de ce projet allait faire diversion face aux très grandes difficultés économiques et sociales que rencontre le pays).

Aujourd’hui François Hollande a échoué dans sa démarche sur à peu près tous les plans. D’une part, si cette proposition figurait bien dans le programme présidentiel, les Français ne considéraient pas cette mesure comme étant prioritaire. Ce qui préoccupe nos concitoyens aujourd’hui c’est l’emploi, le logement et le pouvoir d’achat. Or, sur ces trois questions essentielles, chacun peut voir l’incapacité du Gouvernement à proposer des mesures efficaces. La situation économique et sociale de notre pays n’a cessé de se détériorer depuis un an sans que personne ne puisse entrevoir le bout du tunnel.

D’autre part, la loi sur le “Mariage pour Tous”, mal ficelée, ambiguë sur bien des points notamment sur la procréation médicale assistée ou sur la gestation pour autrui, suscite des réactions très vives dans l’opinion, ce qui conduit à opposer les Français les uns contre les autres. A l’heure où la France a besoin d’unité, ce débat n’était pas du tout opportun. Il aurait suffit de réaménager le PACS pour donner satisfaction à ceux qui le demandaient sans heurter ceux qui considèrent dans notre pays, et ils sont très nombreux, que le mariage est une institution sacrée.

Enfin, outre les manifestations, ce débat a provoqué des réactions homophobes tout à fait inacceptables dans un grand pays tolérant et démocrate comme le nôtre. Je le regrette et m’en indigne car l’image que donne la France ces jours-ci est détestable. D’autant que les manifestants ne descendent pas simplement dans la rue en raison du “Mariage pour Tous” mais à cause de la politique du Gouvernement qui pousse chacun à l’exaspération.

C’est pourquoi je rends responsable le Président de la République et son Gouvernement de cette situation. Encore une fois François Hollande se révèle incapable de maintenir la paix sociale et de résoudre les problèmes dans le calme et la sérénité. Au contraire, il joue sur des thèmes clivants ou des textes de lois « écrans de fumée » pour ne pas traiter les besoins prioritaires des Français.

Pour toutes ces raisons, je voterai contre ce projet de Loi tout en regrettant le climat dans lequel la gauche a plongé notre pays. Il faut défendre de toutes nos forces, les droits et les devoirs de chacun. Nous sommes dans une société de liberté. Les homosexuels ne doivent ni être montrés du doigt, ni exclus de la société. Il faut faire progresser non seulement les lois dans ce domaine mais aussi faire progresser les mentalités.

Pour autant, il ne faut pas donner, sur ces sujets, le sentiment qu’on oppose une partie des Français contre les autres sinon le résultat obtenu va à l’opposé de l’objectif fixé. C’est bien ce dont j’accuse le Gouvernement. A la sortie, je crains que tout le monde y ait perdu dès lors que la passion, voire la haine ont réussi à prendre le dessus sur des sujets qui mériteraient de l’harmonie et de la compréhension.

Un vrai débat humaniste sur les valeurs de la famille et sur le respect des orientations de chacun aurait pu permettre une évolution législative consensuelle et non pas à marche forcée voire récemment accélérée. François Hollande et son équipe n’en ont pas été capables. Ils ont préféré mettre le “feu aux poudres”.
Leurs incompétences se révèlent décidément tous les jours et sur tous les sujets !
Pauvre France !