Audition de Mathieu Gallet – Président de Radio France

cion-audition-mathieu-gallet

Je suis intervenu en Commission des Affaires culturelles et de l’Education afin d’auditionner Mathieu GALLET, Président de Radio France. Après avoir fait un point sur les objectifs qui avaient été fixés en 2015, j’ai souhaité connaitre les perspectives d’évolution de la société. Retrouvez mon intervention en vidéo :

Audition du Président de Radio France à l’Assemblée nationale

vlcsnap-2015-11-19-10h30m41s410Hier à l’Assemblée nationale, je suis intervenu en Commission des Affaires culturelles pour auditionner le Président de Radio France, M. Mathieu GALLET. Les trois axes de mon intervention ont concerné les audiences plutôt vieillissantes du Groupe, le budget et la nécessité de gagner en productivité et la stratégie du groupe radio France.

Mon intervention en vidéo :

 

Crise dans l’audiovisuel public : après le collège, la Ministre de la Culture en perd son latin !

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Questions au Gouvernement

Mercredi 27 mai 2015

vlcsnap-2015-05-27-18h44m28s75Rudy SALLES : « Crise dans l’audiovisuel public : après le collège, la Ministre de la Culture en perd son latin ! »

Au lendemain de l’audition d’Olivier SCHRAMECK, Président du CSA, Rudy SALLES a interrogé lors de la traditionnelle séance des Questions au Gouvernement, Madame la Ministre de la Culture et de la Communication, Fleur PELLERIN sur les différentes affaires qui touchent la gestion de la gouvernance de l’audiovisuel public dont elle a la tutelle.

Rudy SALLES : « Fleur PELLERIN a rejeté maladroitement le constat multiple et grave des errances que connaît l’audiovisuel public. Oser me répondre qu’il ne s’agit que de « rumeurs de presse qui n’ont absolument aucune once de vérité » est révélateur du déni ministériel qui touche la gestion de la gouvernance des entreprises publiques !

Compte tenu de tout ce qui lui est tombé sur la tête, je peux comprendre que Mme la Ministre de la Culture fasse de la méthode Coué. Néanmoins, cela ne réglera ni les errances graves et constatées du CSA pour la désignation de la Présidente de France télévision, ni le comportement illicite qui a conduit Mme Agnès SAAL à être démissionné de son poste pour ses 40 000€ de frais de taxi.

Comme l’article 40 du Code de procédure pénale oblige toute autorité informée d’un délit à saisir le procureur de la République, Mme la Ministre Fleur PELLERIN aurait pu et du, compte tenu des éléments en sa possession, saisir elle-même la justice. Pourquoi ne l’a-t-elle pas encore fait ?

Enfin, sa déclaration lyrique sur l’indépendance et la transparence ont fait rire l’ensemble de l’hémicycle. Entre copinages et manœuvres, le véritable danger que j’ai explicité cet après-midi est la prise de pouvoir rampante de l’exécutif sur l’audiovisuel public qui reste en contradiction la plus totale avec la promesse, maintenant fausse, de François Hollande“.

L’intervention en vidéo :

 

le CSA selon M. SCHRAMECK : ni indépendance, ni transparence !

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

mardi 26 mai 2015

Audition d’Olivier SCHRAMECK, Président du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel

Rudy - audition SchrameckRudy SALLES : “le CSA selon M. SCHRAMECK : ni indépendance, ni transparence!

Porte-parole de l’UDI, Rudy SALLES a interrogé Olivier SCHRAMECK, Président du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA), lors de son audition en Commission des Affaires Culturelles de l’Assemblée nationale.

Sur fond de promesse non tenue du 2 mai 2012 de François Hollande : « Moi président de la République, je n’aurai pas la prétention de nommer les directeurs des chaînes de télévision publique. Je laisserai cela à des instances indépendantes », Rudy SALLES a interpellé Olivier SCHRAMECK sur les conditions troubles entourant la désignation de la nouvelle Présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte, sans expérience ni dans l’audiovisuel ni dans l’information.

Sur la méthode de désignation, de graves manquements aux règles d’équité et une absence globale de transparence aurait été constatés. Entre les petites manœuvres, relayées par la presse, et une procédure de vote opaque et au final, adaptée pour l’occasion, tout a été fait pour que la candidate visée soit reçue.

Après l’exemple de Radio France, ces nouveaux éléments constituent des faits particulièrement graves, susceptibles d’affaiblir considérablement et durablement le CSA, de priver de toute légitimité la Présidente de France Télévisions et de jeter le discrédit sur l’ensemble du service public. Sans surprise, les réponses apportées par Olivier SCHRAMECK n’ont ni permis de faire toute la lumière sur ces affaires ni garanti pour l’avenir, une meilleure transparence et indépendance du choix des dirigeants de l’audiovisuel public.

Mon intervention en vidéo :

audition de Mathieu GALLET, Président de Radio France

 

AN Cion Culture - RS mathieu GALLET Radio FranceHier matin j’ai interrogé au nom du Groupe UDI, le Président de Radio France, Mathieu GALLET, lors de son audition à l’Assemblée nationale. En effet, suite à une nomination “à l’unanimité par le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), je l’ai interrogé sur son indépendance et celle de Radio France compte tenu de ce mode de désignation.

J’ai poursuivi en lui demandant comment pouvait-il concevoir un projet de développement ambitieux dans un contexte de forte tension budgétaire