un lifting couteux et raté du « Mammouth »

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Mercredi 22 février 2017

Commission des Affaires culturelles et de l’Éducation – suivi de la Loi pour la Refondation de l’école

Rudy SALLES : « Bilan du quinquennat Hollande en matière de politique éducative : un lifting couteux et raté du « Mammouth » ! »

Ce matin, Rudy SALLES, Porte-parole du Groupe UDI est intervenu en Commission de l’Éducation à l’Assemblée nationale, lors du dernier débat de cette législature. Il en a profité pour faire un bilan du quinquennat en matière de politique éducative.

Le Député niçois précise : « L’auto-satisfecit de la Ministre Najat VALLAUD-BELKACEM quant à ses actions et ses résultats est à l’opposé des conclusions réalistes du rapport parlementaire du Député PS Yves DURAND.

La refondation de l’école, les rythmes scolaires, la réforme du Collège, la formation des enseignants, l’échec de la lutte contre le décrochage scolaire et le creusement des inégalités ont marqué l’ensemble des acteurs de la communauté éducative. Je me suis battu ardemment contre de mauvaises méthodes de travail et de fausses bonnes idées.

Pire, avec ces nouveaux rythmes scolaires imposés, le Gouvernement a créé de la fatigue chez les élèves, de  l’incompréhension chez les parents d’élèves, une panique dans le milieu associatif, des dépenses supplémentaires pour les collectivités locales, et surtout une non-prise en compte des propositions des enseignants. Cette démarche à elle-seule symbolise cette gouvernance parisienne loin des réalités du terrain, qui prend de graves décisions, seule, sans en apprécier les conséquences sur nos enfants.

Après MM. PEILLON et HAMON, Mme VALLAUD-BELKACEM a eu les pleins pouvoirs et les budgets nécessaires pour améliorer la situation inquiétante de notre école de la République. Au lieu de cela – comme le confirme le rapport –  sans aucune concertation, elle a empilé les réformes inutiles et couteuses, les unes sur les autres.

Au final, l’Éducation nationale est redevenue le premier budget en matière de dépense de l’État mais pour quel résultat ? Le « plus » n’est pas le synonyme du « bien ». L’approche quantitative et hautement médiatisée des 60 000 postes supplémentaires de Mme VALLAUD-BELKACEM est  et restera stérile. Seule une action qualitative et concertée permettra d’améliorer et de refonder notre école. Je continuerai de me battre sur ce sujet crucial pour l’avenir de notre pays. »

Mon intervention en vidéo :

Budget 2017 : des crédits trop faibles pour relancer le tourisme

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Mardi 8 novembre 2016

PLF 2017 – BUDGET DU TOURISME

Rudy Salles - Budget Tourisme - Atout France - location saisonnièreRudy Salles, Porte-parole du groupe UDI : « nous avons le meilleur produit à vendre et le moins de moyens pour le promouvoir… »

À l’occasion de la discussion du budget du tourisme, Rudy Salles, Porte-parole de l’Opposition, a dénoncé la faiblesse des montants destinés à la promotion et plus particulièrement de la relance de la destination FRANCE. En effet, souligne-t-il, “depuis un an l’image touristique de la FRANCE a l’étranger est fortement altérée et pas seulement à cause des attentats”. Il rappelle les nombreux conflits sociaux, les manifestations suivies d’émeutes, les voitures de police incendiées, les touristes asiatiques agressés dans Paris… “Dès lors il ne faut pas s’étonner que le nombre de touristes étrangers en FRANCE baisse pour la première fois de près de deux millions de personnes” indique le Député des Alpes Maritimes.

En réponse, Le Ministre des Affaires Étrangères Jean Marc Ayrault souligne que le budget de promotion d’ATOUT FRANCE a été porté à 10 millions d’€. Pour Rudy Salles c’est un effort insuffisant compte tenu des besoins nécessités par la relance. Il rappelle que le budget de la promotion touristique de la FRANCE est inférieur à celui de la Catalogne ! Il insiste sur le fait que la FRANCE dispose d’infiniment moins de moyens que nos principaux concurrents que sont le Royaume Uni, l’Espagne ou l’Italie. Par ailleurs, Rudy Salles propose que l’organisme de promotion touristique de la FRANCE “Atout France” soit rebaptisé “FRANCE TOURISME”, une appellation à la compréhension internationale qui aurait le mérite d’attirer d’avantage l’attention des professionnels étrangers.

Les locations saisonnières en question

Le député niçois a tenu à aborder le problème des plateformes de réservations de locations saisonnières qui préoccupent les professionnels de l’hôtellerie. Dénonçant les effets pervers de la Loi Duflot, Rudy Salles a souligné que “contrairement à Paris qui a interdit cette pratique, Nice l’a autorisée. Dès lors, cette activité peut être contrôlée à Nice et assujettie aux différentes obligations fiscales alors qu’à Paris la location saisonnière est devenue un vaste marché parallèle dominé par des groupes spéculatifs”. Le député des Alpes Maritimes demande au Gouvernement de bien “vouloir remettre de l’ordre dans ce domaine”. “Il faut que les pouvoirs publics engagent des discussions sérieuses avec les responsables des grandes plateformes numériques de location saisonnières afin d’assujettir cette activité aux taxes et impôts qui s’imposent afin de rétablir des règles équitables vis à vis des Hôteliers” ajoute Rudy Salles.

Cette proposition a été largement soutenue par les députés de tous les groupes politiques. Il semblerait que cette piste puisse convenir au Gouvernement. Une affaire à suivre…

La vidéo de l’intervention :

 

Présentation du rapport sur l’exportation du cinéma et de l’audiovisuel

vlcsnap-2016-10-27-12h24m12s807

Je suis intervenu en commission des Affaires culturelles et de l’Education afin de présenter mon rapport sur l’exportation du cinéma et de l’audiovisel. La France est le deuxième importateur mondial derrière les Etats-Unis. La qualité de nos productions, le courage de nos réalisateurs et l’excellence du model français sont loués à l’étranger. Mais dans ce domaine rien n’est jamais acquis, et les évolutions actuelles pourraient fragiliser notre position dans ces secteurs.

Attention le cinéma français reste fragile, nous devons le protéger. Retrouvez mon intervention en vidéo

Examen proposition de résolution européenne sur la protection du droit d’auteur dans l’Union européenne

Harmonisation droits auteur Europe

Je suis intervenu en Commission des Affaires culturelles sur le rapport “Reda” qui concerne la mise en œuvre de la directive de 2001 sur l’harmonisation de certains aspects du droit d’auteur et des droits voisins dans la société de l’information, dans l’Union européenne. Ce document propose d’ouvrir une vaste révision du cadre européen du droit d’auteur, perçu comme un obstacle à la constitution d’un « marché numérique européen unique ».

Le vidéo de mon intervention :

Le rétropédalage de Najat VALLAUD BELKACEM sur la suppression des classes bilangues

Audition-Najat-Vallaud-Belkacem720x434COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Vendredi 22 janvier 2016

Réforme du Collège – fermeture des classes bilangues

Rudy SALLES : “suppression des classes bilangues : un rétropédalage tardif et poussif de Najat VALLAUD BELKACEM !

Dans le cadre de la présentation de la Réforme du collège, il y a presque un an, la Ministre de l’Éducation nationale, Mme Najat VALLAUD BELKACEM décidait la suppression ferme et unilatérale de toutes les classes bilangues.
Depuis, le député Rudy SALLES, Porte-parole du Groupe UDI à l’Assemblée nationale, n’a eu de cesse de lui témoigner son opposition sur l’ensemble de cette réforme « gadget » et notamment sur ce point, en particulier.

Jamais acceptée par la Communauté éducative, suscitant une inquiétude chez nos amis allemands, cette suppression fera, aujourd’hui, l’objet d’un réaménagement.

Rudy Salles précise : « à l’image des autres mesures « Gadget » de la Réforme du Collège de Mme Najat VALLAUD BELKACEM, la suppression totale des classes bilangues était une terrible erreur. Malgré cela, la Ministre de l’Éducation était arc-boutée sur sa décision.

Depuis la récente publication (décembre 2015) du rapport parlementaire sur les politiques de Mixité sociale dans l’Éducation nationale dont j’ai eu le plaisir d’être le rapporteur, la situation aurait brutalement changé. En effet, dans nos travaux (avec le Député Yves Durand), les différents acteurs de la communauté éducative que nous avons rencontrés étaient unanimement contre cette mesure. Les conclusions de notre rapport auraient-elles, depuis, influencées Najat VALLAUD BELKACEM ?

Aujourd’hui, la Ministre a décidé de faire un rétropédalage, qui pouvait être largement évité avec, il y a un an, un travail plus attentif et participatif. Au final, les classes seraient maintenues à 70% sur le territoire national, 100% à Paris, 90% dans les académies de Marseille et de Nice.

Cet échec de la méthode est grave, là où l’École a un besoin crucial de réactivité et de réponses efficaces à tous ses maux. J’espère que sa prise de conscience ne s’arrêtera pas à ce point. Je ne manquerai pas de continuer à lui rappeler les autres mesures à rectifier rapidement dans l’intérêt direct de nos enfants. »

loi sur la refondation de l’école : la montagne a accouché d’une souricette !

www.rudysalles.frCOMMUNIQUÉ DE PRESSE

ASSEMBLÉE NATIONALE

Jeudi 14 Janvier 2016

Rudy SALLES : “Suivi de la loi sur la refondation de l’école : la montagne a accouché d’une souricette !
En Commission « éducation » de l’Assemblée nationale, Rudy Salles, porte parole du Groupe UDI est intervenu sur le rapport du suivi de l’application de la loi sur la Refondation de l’école.
Le député niçois enfonce le clou : “A la lecture de ce document très « riche d’enseignements », il s’avère que la montagne a accouché d’une souris ou plutôt d’une souricette.
En effet, tout d’abord, ce texte n’a renforcé aucun lien entre le secondaire et les études supérieures. Le taux d’échec en première année d’université est alarmant. A cela, rien n’a été fait non plus, sur la formation continue ou en alternance.
Au lendemain des échanges avec la Ministre de l’Éducation nationale Mme Najat VALLAUD BELKACEM sur les politiques publiques dans le cadre la « mixité sociale » à l’école, le constat reste le même : celui de l’échec. Les carences éducatives persistent. Le nivèlement par le bas des enseignements exaspère la communauté éducative. Les professeurs à ce sujet n’adhèrent toujours pas à cette loi. Pire, elle les inquiète.
Au final, parler de « refondation » de l’école est un procédé de communication abusif, creux et mensonger. Il aurait plutôt fallu évoquer des mesures dans le cadre d’une réforme de notre école. En attendant, avec la réforme du Collège qui a encore aggravé ce lourd constat, tout reste malheureusement à faire.
Depuis 2012, la démarche du Gouvernement est dictée par un dogme sourd, muet et aveugle qui fait recruter mécaniquement à tour de bras des milliers d’enseignants : mais pour quoi faire ? Pour augmenter le nombre de professeurs insatisfaits et abandonné par un mammouth sclérosé et éloigné des difficultés de la communauté éducative au quotidien. Avec le Groupe UDI, nous continuerons d’être une opposition constructive et riche en propositions concrètes, respectueuses de l’avenir de nos enfants.
Son intervention en vidéo :

Présentation du rapport sur la mixité sociale dans l’Éducation nationale

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Mercredi 2 décembre 2015

Mission d’évaluation des politiques publiques en faveur de la mixité sociale dans l’Éducation nationale

IMG_0578 500Rudy SALLES : “le manque de mixité sociale au collège et au lycée notamment est un des meilleurs terreaux à toute radicalisation.

Réuni le 1er décembre 2015, le Comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques (CEC) a autorisé la publication du rapport de MM. Yves Durand (SRC) et Rudy Salles (UDI) sur les politiques publiques en faveur de la mixité sociale dans l’éducation nationale.

Pour élaborer ce rapport, MM. Yves Durand et Rudy Salles ont entendu près de 170 personnes à Paris, en régions, en Belgique et aux Pays-Bas, et mandaté un prestataire pour réaliser une étude sur les établissements scolaires des agglomérations de Lille et de Nancy.
À l’issue de leurs travaux, les rapporteurs constatent qu’en favorisant la recherche de « l’entre-soi », notre système scolaire n’échappe pas à la ghettoïsation et figure parmi les plus ségrégués de l’OCDE. Cette ségrégation est à la fois sociale, pédagogique et budgétaire.

Ils considèrent que l’école n’a pas vocation à rétablir la mixité sociale là où les politiques du logement ou de la ville ont échoué. La mixité sociale ne peut pas être l’objectif premier de l’éducation nationale dont le rôle est avant tout d’améliorer les conditions de scolarisation pour permettre la réussite de tous les élèves. Rudy Salles souligne l’aggravation du phénomène avec la suppression récente des classes bilingues voulue par la Ministre de l’Éducation nationale, Mme Najat Vallaud-Belkacem. Plus largement, cette ségrégation constatée est grave car elle oblige les professeurs à diminuer leurs exigences pédagogiques. Enfin, le député niçois insiste sur un point qui prend toute son sens aujourd’hui : le manque de mixité sociale au collège et au lycée notamment est un des meilleurs terreaux à toute radicalisation.

Même si elle mérite d’être ajustée en fermant les établissements ghettos et en expérimentant de nouvelles modalités d’affectation des élèves, la carte scolaire n’est pas un outil efficace de mixité sociale. L’essentiel de la réponse à la ségrégation se situe ailleurs, dans la réforme des pratiques pédagogiques et la révision du modèle d’allocation des moyens. À cette fin, les rapporteurs font des propositions autour de quatre axes :
– mobiliser davantage les équipes pédagogiques, en mettant fin aux pratiques de séparatisme scolaire et en augmentant la participation de l’enseignement privé à la promotion de la mixité ;
– évaluer les établissements au lieu des enseignants, en tenant compte de l’ensemble des paramètres de réussite et de climat scolaire ;
– centrer l’allocation des moyens sur les besoins des élèves, en affectant les enseignants sur des postes à profil et en calculant les dotations globales horaires des établissements en fonction des résultats des élèves et du niveau de diplôme de leurs parents ;
– mieux réguler l’offre éducative d’excellence, en favorisant son implantation dans les établissements évités et en conditionnant son maintien au respect de la mixité scolaire.

Pour une meilleure égalité des territoires dans le domaine culturel

Logocoul-300Découvrez mon intervention en vidéo lors de la Commission des Affaires culturelles sur l’ouverture de certains musées sept jours sur sept et sur une meilleure égalité des territoires dans le domaine culturel.

 

renforcer les relations entre l’école et les parents

 

relations entre l'école et les parents
Je suis intervenu en Commission de l’Éducation, lors de l’étude du rapport réalisé par la mission d’information, sur les relations entre l’école et les parents.

Voici la vidéo de mon intervention :

 

Mieux défendre et valoriser la création architecturale en France

 

AN Cion Culture - Mieux défendre et valoriser la création architecturale en France Hier, en Commission des Affaires culturelles lors de l’étude du rapport réalisé par la mission d’information, sur la création architecturale et sa valorisation, je suis intervenu sur 3 points essentiels.

Dans le cadre de la création des futures “zones franches architecturales”, les critères et la méthode de définition doivent parfaitement intégrer les acteurs locaux dans ce processus.
Par ailleurs, il faut promouvoir la création architecturale par de nouveaux outils. Les initiatives liées au “Crowdfunding” me paraissent essentielles dans cette approche.
Enfin, il faut adapter une nouvelle stratégie nationale de la commande publique aux projets représentant un intérêt architectural particulier.

Voici la vidéo de mon intervention :