loi sur la refondation de l’école : la montagne a accouché d’une souricette !

www.rudysalles.frCOMMUNIQUÉ DE PRESSE

ASSEMBLÉE NATIONALE

Jeudi 14 Janvier 2016

Rudy SALLES : “Suivi de la loi sur la refondation de l’école : la montagne a accouché d’une souricette !
En Commission « éducation » de l’Assemblée nationale, Rudy Salles, porte parole du Groupe UDI est intervenu sur le rapport du suivi de l’application de la loi sur la Refondation de l’école.
Le député niçois enfonce le clou : “A la lecture de ce document très « riche d’enseignements », il s’avère que la montagne a accouché d’une souris ou plutôt d’une souricette.
En effet, tout d’abord, ce texte n’a renforcé aucun lien entre le secondaire et les études supérieures. Le taux d’échec en première année d’université est alarmant. A cela, rien n’a été fait non plus, sur la formation continue ou en alternance.
Au lendemain des échanges avec la Ministre de l’Éducation nationale Mme Najat VALLAUD BELKACEM sur les politiques publiques dans le cadre la « mixité sociale » à l’école, le constat reste le même : celui de l’échec. Les carences éducatives persistent. Le nivèlement par le bas des enseignements exaspère la communauté éducative. Les professeurs à ce sujet n’adhèrent toujours pas à cette loi. Pire, elle les inquiète.
Au final, parler de « refondation » de l’école est un procédé de communication abusif, creux et mensonger. Il aurait plutôt fallu évoquer des mesures dans le cadre d’une réforme de notre école. En attendant, avec la réforme du Collège qui a encore aggravé ce lourd constat, tout reste malheureusement à faire.
Depuis 2012, la démarche du Gouvernement est dictée par un dogme sourd, muet et aveugle qui fait recruter mécaniquement à tour de bras des milliers d’enseignants : mais pour quoi faire ? Pour augmenter le nombre de professeurs insatisfaits et abandonné par un mammouth sclérosé et éloigné des difficultés de la communauté éducative au quotidien. Avec le Groupe UDI, nous continuerons d’être une opposition constructive et riche en propositions concrètes, respectueuses de l’avenir de nos enfants.
Son intervention en vidéo :

renforcer les relations entre l’école et les parents

 

relations entre l'école et les parents
Je suis intervenu en Commission de l’Éducation, lors de l’étude du rapport réalisé par la mission d’information, sur les relations entre l’école et les parents.

Voici la vidéo de mon intervention :

 

Mes interventions de ce jour sur la vie Lycéenne et Roland Garros

 

aff_cult

En début de matinée, je suis intervenu dans le cadre de la présentation du rapport “Acte II de la vie lycéenne : vers la démocratie lycéenne“.

En fin de matinée, je suis intervenu pour l‘audition de M. Gilbert YSERN, Directeur général de la Fédération française de tennis pour évoquer avec lui, la négociation en cours des droits TV avec les différents médias et les travaux d’aménagement et de modernisation du site.

Vincent Peillon ou le lyrisme ministériel redondant

 

Rythmes-scolairesRécemment, en ma qualité de porte parole du Groupe UDI, je suis intervenu en Commission de l’Éducation à l’Assemblée nationale pour interroger le Ministre Vincent Peillon lors de son audition de « Rentrée ».

Je lui ai précisé que je ne participerai pas à son numéro d’autosatisfaction, qui lui a  fait suggérer, avec le même lyrisme que lors des débats sur la loi de refondation, que nous sommes passés de “l’ombre à la lumière”.

En revanche, je partage l’idée de la Charte de la laïcité. Elle me paraît être une idée acceptable. Néanmoins, je doute que son affichage dans les établissements suffise à la faire appliquer.

Ce qui semble plus fondamental pour cette rentrée, au-delà de ce qui ressemble fortement à un coup médiatique, c’est la mise en œuvre des rythmes scolaires. Là, nous sommes sur un impératif de résultats, pour le bien être de nos enfants, pour l’organisation et le pouvoir d’achat de leurs parents, pour les dépenses supplémentaires des collectivités locales sollicitées, pour l’égalité de tous devant ce droit fondamental qu’est l’accès égal aux savoirs, académiques, mais aussi ludiques et pédagogiques, dans le temps extra scolaire.

Et l’objectif ultime demeure celui de viser à de meilleurs résultats de notre système scolaire dont on a beaucoup débattu pendant la discussion sur le projet de loi de refondation de l’école de la République.

Il y a là un principe au moins aussi fondamental que la laïcité : l’égalité des Français devant l’enseignement.
Et de ce côté-là, le moins que l’on puise dire, c’est que nous sommes loin de la coupe aux lèvres.

Ce qui ressort des premières “remontées” des écoles, c’est d’abord que seulement 22 % des élèves changent de rythme en cette rentrée et vont expérimenter « sans filet » les nouveaux modes d’organisation. Où est l’égalité ?

Ce qui ressort encore c’est la grande diversité d’organisation des emplois du temps :

  • 10 % des écoles auraient été tentées par le “modèle parisien” en regroupant les ateliers périscolaires sur deux journées,
  • 43 % des écoles raccourcissent plutôt la fin d’après-midi en interrompant les cours vers 15 h 45 ou 16 heures pour proposer, après, des ateliers. Bref, là aussi, il est difficile, si je puis dire, d’y retrouver ses petits.

Voilà donc une rentrée qui sous le couvert d’un lyrisme redondant a tendance à cacher d’un voile pudique une sorte de confusion des priorités, un grand capharnaüm, qui aboutissent finalement à une adhésion de principe des grandes villes de gauches sur le dos des familles, quand la France dans sa grande majorité et ses élus locaux ont eu la prudence, si ce n’est d’attendre un peu, du moins de s’organiser assez pour  ne pas faire des Français les otages de rapports de force politiques.

Le Drapeau tricolore au fronton des écoles est bien un amendement du Groupe UDI

 

Dans le cadre des discussions sur le Projet de Loi sur la Refondation de l’école, en première lecture, j’avais déposé un amendement au nom du Groupe UDI pour rendre le Drapeau tricolore obligatoire au fronton de chaque école. D’une façon malhonnête, le gouvernement a fait sien ce texte au Sénat sans en rappeler son origine.

Ainsi, je suis intervenu en commission pour rappeler que lorsque le Gouvernement, par son Ministre de l’Éducation, Vincent Paillon promeut un amendement que j’ai présenté au nom du Groupe UDI, il pourrait, a minima, avoir l’honnêteté d’en rappeler la paternité…

Tel est l’objet de mon intervention filmée.

 

Vidéo – Rudy Salles dénonce des conditions de travail iniques

 

Hier soir, lors de la discussion générale du Projet de Loi sur la refondation de l’école, Rudy Salles porte-parole de l’UDI a fait un rappel au règlement pour interpeller le Président de séance et le Ministre de l’Éducation nationale , Vincent Peillon, sur les conditions de travail iniques durant les débats.
 

AN PJL Refondation de l’école – Rudy Salles… par rudysalles2012

Projet de Loi sur l’école : Rudy Salles réagit en direct de l’Assemblée nationale

Logocoul-300EN DIRECT

Le Projet de loi sur la refondation de l’école est en cours de discussion à l’Assemblée nationale. Ce soir, face au traitement inique et systématique de la majorité parlementaire socialiste, Rudy Salles porte parole du groupe UDI réagit fermement :

Nous sommes en train de discuter de 1.500 amendements de l’opposition, sur la Loi sur la refondation de l’école. Le Président de la commission semble nous le reprocher. Je viens de lui indiquer que la Majorité a refusé systématiquement tous nos amendements et les a même évacués en un quart de seconde alors que les amendements de gauche étaient toujours étudiés avec attention pour être ensuite adoptés. C’est le régime du “deux poids, deux mesures”. On est là dans un faux débat ou la majorité et le Gouvernement piétinent les droits de l’opposition. Dans une démocratie moderne et sur un sujet aussi essentiel que l’École, ceci est inacceptable et même scandaleux. Décidément le travail parlementaire a de grands progrès à réaliser. Ce n’est pas avec la gauche au pouvoir qu’on en prend le chemin.

AN PJL